Jacky (extrait du tome 3)

suivant »»


Si j’ me rappelle bien les cours de catéchisse de l’abbé Tadyne, le fiston du Très-Haut avait dit deux trucs importants à ses douze potes apôtres : « Dieu a fait l'homme à son image » et « Il ne faut jamais dire du mal de sa saloperie de prochain ». On voit bien qu’il avait pas connu Jacky !

Con comme il est, il aurait pu faire un très bon sous-brigadier, le Jacky, mais il adorait les gâmions, comme il dit, alors il est devenu gâmionneur.
Coiffé comme un biteul, doté du même regard qu'une tête de veau prête à consommer, d’un gros tarbouif grumeleux et d’une épaisse moustaka nicotinée lui masquant toute la casse-croûteuse, il a peu de risques d’ être emmerdé par les nymphettes. Mais il s’en branle, attendu qu'il a le calendar Pirelli dans la gâbine du gâmion !
L’engin paraît cubique. C’est un p’tit râblé qui se déplace en chaloupant sur ses pattes arquées de cow-boy qu’aurait paumé son bourrin. Pour avoir l’air super balaise, il serre à mort son ceinturon par dessus son éternel ticheurte ultra-moulant, se bloque en inspiration maxi et écarte ses bras tatoués à quarante cinq degrés. Vachement impressionnant ! En tout cas jusqu’à la porte suivante où il est bien obligé de rabattre les ailerons pour passer !
C’est l’ type même du gars qui t’ met de bon poil. Il rate quatre rencards sur cinq, il se cure sommairement les chicots avec un bout d’ allouf les années bissextiles, il mastique des bombecs collants toute la journée, il a pas d’ mutuelle, pas d’ monnaie, pas d’ chéquier, pas d’ carte, ni bleue ni Vitale. En prime, quand t’ouvres la salle d’attente, même si c’est bondé, t’as pas à scruter dans les coins: si ça sent l’ fenneck, c’est qu’il est là ! J'avais bien tenté au début de lui causer savon, mais j'ai pigé dans la minute qu'on aurait plus vite fait d'apprendre la belote à un chameau.
Non content d’être moche et con comme un pneu, Jacky s’emploie à être méchant. Le mois dernier, j’avais vu sa gamine, une ultra bébête de douze ans au civil (moitié moins au mental), boursouflée et joufflue, goinfrée de gâteaux bourratifs par sa mémée, et qui s’ fout à ouvrir les vannes aussitôt la porte d’entrée passée. J’avais tenté, avec une abnégation héroïque, de ne pas la tarter d’emblée et de négocier avec tact (ouvre la bouche et ferme ta gueule !), mais macache ! Elle s’était mise à beugler de plus belle ! L’ancêtre l’avait alors prévenue: « T’a-ar ton pére, ce souér ! ». Et l’autre de hurler en chialant : « J’ veux pas qu’on m‘ soigne les dents, snif, j’ sais bien qu’ papa y va m’ taper, snif, mais j’ m’en fouuus bouhou ! ». Bonjour l’èmbiènce !

Tous les ans depuis des lustres, c’est l’ même scénar : le gugusse déboule au cab avec la tronche gondolée, j’y commente le désastre ( « J’ sais ben qu’ j’ai des kyss ! »), j’ le clamoxyle et l’expédie au bloc pour une toutectomie sous chloroformisation au pain total. Alors il tire sa gueule de bull-dog renfrogné et se casse en promettant de revenir cigler la note le lendemain. Le lendemain, elle est déjà au contentieux, ça économise des timbres.

Comme il a la caboche en kevlar et le cerveau lent, y m’ demande encore la semaine dernière si y a pas d’autres solutions ! Eh ho, Jacky ! J’ vais quand même pas passer des plombes à faire mousser l’hypocrite de Sodome pour un cro-magnon qui connaît Pal que quand y morfle !
Mais l’autre se met à m’ violoner le numéro du repenti prêt à tout pour éviter le berlingot intégral.
A tout ? Très bien ! Voici, à prendre ou à laisser, mon pack de conditions sinékouanonnes :
1. T’allonges la fraîche sur le burlingue d’abord, on cause après !
2. Tu te débroussailles la stachemoue, passque les lèvres sous les poils, c’est pas mon trip, j’ suis pas gynécodontiste !
3. Tu t’astiques les ruines de crocs, et ce, au bi-quotidien !
4. Tu zappes pas un seul rencard et t’es là cinq minutes avant l’heure H !
Vu ?

Pétrifié, le menton suspendu, il me gratifie d’ un regard de hibou avec vue directe sur la paroi interne de l’occipital. Il ne dit rien, mais il n’en pense pas plus. Alors, prestement, je concocte en trois clics un devis commak et lui colle sous l’ tarin.
Des facilités de paiement ? Arrête, mec, j’ai les lèvres gercées!

Depuis on l'a pas revu. Dans un an peut-être. Faut d’abord qu’ le contentieux récupère les vingt euros qu’il avait promis d’ ramener sans faute y’a six jours.


En revanche, son ex est passée hier. Elle avait un de ces coquards !


Vous pouvez acheter l'ensemble des chroniques rassemblées dans un vrai livre.

Cette chronique a été publiée le 28 octobre 2006.