La provisoire à Mélanie


Y’en a ras l’ bol !
Sous l’ prétexte fallacieux qu’on s’en met plein les fouilles avec un boulot gratifiant exercé au chaud dans des locaux proprets sans patron sur le paletot, on n’aurait jamais le droit de rognonner ? Pi quoi encore ?
Bientôt, le trou de la sécu, ce sera notre faute ! Ah, non, je refuse d’être un bouc et mystère !
[ ... ]

Et puis surtout, y a l’ turbin quotidien qu’est d’une pénibilité méconnue du grand public, et même du p’ tit. Même pour des broutilles.
Tiens, exemplification: Mélanie, actuellement bivouaquée en salle d’attente! Elle est bizzaro-strange, Mélanie ! Mentalement, elle a toujours eu qu’ du vent dans la sicoire, pour ça, y’a rien d’ neuf. Mais pour le reste, y’a un avant et un après. Quand j’ l’ai connue, c’était la crème des emmerdeuses. Hyper nerveuse, tendue comme un malant et sèche comme une saucisse de montagne, elle jaillissait d’ la salle d’attente en vraie furie pour franchir les dix mètres de couloir en allongeant à mort cinq foulées en six secondes trois dixièmes. J’avais alors songé à coller une pancarte : « Défense de courir sous peine de poursuite ». Maintenant, on aurait plutôt envie de lui latter l’arrière-train pour qu’elle passe la seconde. J’sais pas trop c’ qui s’est passé : elle a du faire un choc comme Anna Filactic à force de gober des calmants par poignées d’ dix, ou alors elle a fissuré une durite artérielle au niveau du cerveau primitif. C’est classique chez les profs de maths. Toujours est-il qu’elle est dev’ nue aussi dynamique que le service chargé des dossiers retraite des fonctionnaires. Quand on y cause, on dirait, en moins expressif du point d’ vue interface, un Amstrad de 85 essayant de télécharger Agatha 2000. Et puis c’est plus du tout l’ sac d’os qu’elle fut. Elle est boursouflée comme si elle prenait d’ la courtisane à dose vétérinaire, elle a les bas seins, les épaules affaissées, la fesse flasque dans l’ caleçon boudineur , bref, une allure pachydermique, mais presque. [ ... ]



Vous pouvez acheter l'ensemble des chroniques rassemblées dans un vrai livre.

Cette chronique a été publiée le 19 septembre 2006.