La Rombière

suivant »»


Avez-vous affronté une rombière dans votre cabinet ?
sondage Avez-vous affronté une rombière dans votre cabinet ?
En apercevant la rombière emperlousée au fond de la salle d’attente, je ne pressens rien de bon. Moi qui aime le patient tout simple, ouvert, gentil, souriant, je vais devoir me farcir une pimbêche pincée et raide comme la justice ! Elle a avalé son pébrock, ou quoi ? Elle ose pas bouger d’un poil, de peur de faire péter quelque chose. Faut dire qu’elle est figée-compressée dans une gangue rigide à plusieurs strates : un enduit épais de fond de teint séché-poudré vaguement orange, une gaine intégrale plaque-bourrelets, un tailleur trop juste, une permanente gonflée laquée jusqu’à croustillance, sans compter sa collec’ de breloques plaquées or qui carillonnent au moindre mouvement. [ … ]

Attention, la bourgeoise décatie ne s’installe pas n’importe comment !
1. Dos au fauteuil, elle se passe les deux mains sur les deux fesses pour ne pas froisser jupette et pose délicatement le pétard.
2. D’un élégant mouvement tournant, elle soulève les guibolles et gire à gauche, l’arrière-train faisant pivot, tout en tirant des deux mains le bord inférieur de la jupe pour planquer le jupon à dentelle sous-jacent.
3. Gardant les genoux un poil fléchis, elle ratatine le revêtement tout neuf de votre fauteuil à coups de talons aiguilles (« Tu sais combien ça coûte, grognasse ? »).
4. Elle retourne la teuté pour viser la têtière, exige qu’on la rapproche, se tient la mise en plis et pose à peine la nuque de crainte de foutre en l’air trois plombes de coupe-tifs.
Déjà, je m’ réjouis de la voir, à la fin de la séance, l’occiput aplati et le trognon exposé. Mais pour l’heure, tandis qu’elle me croit béat d’admiration devant les œuvres du beau-frère, je m’affaire à lui étaler subrepticement autour de l’avaloir le rouge à lèvre qu’elle s’est beurné épais juste avant de venir. La prochaine fois, elle fera gaffe ! J’ai bien envie de lui dire que ce n’est pas parce qu’on n’a plus de lippe supérieure qu’il faut se dessiner une moustache rouge. [ … ]



Vous pouvez acheter l'ensemble des chroniques rassemblées dans un vrai livre.

Cette chronique a été publiée le 13 septembre 2006.